Retour sur Conférence ANPEIP 15/10/16

Mieux vaut tard que jamais (promis je n’ai pas procrastiné) mais beaucoup de choses sur le feu, bref voici enfin les quelques notes prisent lors de la conférence proposée par l’ANPEIP 82/31 samedi 15 octobre 2016 à St Jory sur le thème :

« Enfants à Haut Potentiel : différents profils, comment les reconnaitre et les aider à réussir ? » avec :

MEHDI LIRATNI, Docteur en psychologie spécialisé dans le développement cognitif et les enfants à haut potentiel Intellectuel : La variabilité des profils dans le Haut Potentiel : « Du tout va bien aux multi-troubles associés »

HÉLÈNE RIBEIRO, Conseillère d’Orientation Psychologue, formatrice pour enseignants, spécialisée dans le domaine du Haut Potentiel : Enseigner aux élèves à Haut Potentiel et accompagner ces élèves à besoin éducatif particulier

INGRID BARDIN, Psychologue clinicienne spécialisée dans le domaine des enfants et adolescents à haut potentiel : Questions / Réponses : Vous avez dit HP ?



Cette journée était particulièrement chaleureuse et bienveillante de par l’organisation, les bénévoles de l’ANPEIP et les Présidentes nationale : Emmanuelle Brunet et locale : Agnès Mas qui ont tout mis en œuvre afin d’offrir une journée bienveillante et instructive et c’était vraiment réussi du début jusqu’à la fin !

Donc revenons à nos Zèbres : lors des conférences je prends peu de notes (voir pas du tout) afin de profiter des intervenants et parce que je suis un peu feignante. Voici donc quelques éléments que j’ai eu envie de partager avec vous d’autant plus que deux des conférenciers n’étaient jamais venus dans la région. Voici ce que j’ai noté, tout en vrac :

 MEHDI LIRATNI :

J’ai aimé le ton et la dynamique de cet intervenant qui met à disposition du public ces recherches et le PowerPoint des conférences sur son site, si vous voulez tout voir c’est par ICI

Lors de la passation du wisc/wais: le QI total n’est pas une moyenne des autres items mais une sommité !

Des études montrent qu’il n’y a pas plus de dépression chez le HPI que chez les « tous venants » il est impératif de prendre en compte la DIACHRONIE de la personne, c’est-à-dire son vécu et milieu socio-affectif qui peut être source de troubles anxieux ou dépression. Dans ce cas il est urgent de traiter ces problématiques n’ayant pas de lien direct avec le HPI.

Des thérapies qui peuvent bien fonctionner chez les HPI : TCC et ACT

Il est cité Laurence Vaivre-Douret, Professeur des Universités en Neuropsychologie et Psychologie du Développement à l’Université Paris Descartes pour son étude intitulée : Les caractéristiques développementales d’un échantillon d’enfants tout venant « à hautes potentialités » (surdoués) : suivi prophylactique.

Attention à la puissance du « être et avoir » dire à l’enfant : tu AS un haut-potentiel plutôt que tu ES un haut-potentiel. L’enfant est d’abord une personne  et son identité se construit sur cela et non pas sur son « statut d’enfant précoce ».

Asperger : signe qui peut le faire pressentir chez l’enfant > le  flapping,  en savoir plus ICI

TDAH : le TDAH doit être « validé » en plusieurs situations et lieux, par exemple : école + maison + activités extérieures… Se diriger vers la méthode Barclay.

TOCS chez les EIP : quand les troubles anxieux sont visibles, donc déjà bien installées, cela peut-être une réaction post traumatique ou une réaction à un milieu trop sévère/autoritaire (on ne parle pas de cadre ou autorité normale bien sûr) la TCC est une méthode qui convient bien.

Question : Faut-il faire passer le test systématiquement ? Tester  toute une fratrie ? Non il faut répondre à une vraie question/demande > pourquoi l’enfant s’ennuie, est-il agité, renfermé…

Test de QI avant 6 ans : utile seulement si soucis à la maison ou l’école, peu de recul sur les études, repasser les tests 3-4 ans après.

Le site du Docteur Liratni

site


HÉLÈNE RIBEIRO

Cette partie de conférence était plus axée sur la scolarité de l’EIP avec un côté très « pratico-pratique » que j’ai beaucoup apprécié. Les expériences et domaines d’activités de l’intervenante en font une personne très bienveillante mais également très « carrée », c’est clair et efficace !

Profils d’élèves/enfants : reprise des profils de Betts et Neihart et du tableau réalisé par Hélène Ribeiro à voir ci-dessous (avec l’accord de l’Anpeip et Mme Ribiero) détaillant les particularités et besoins de chaque profil que ce soit en milieu scolaire, social ou familial.

profils-eip

Organisation : Post-it – listes de tâches (pictogrammes) et de matériel

Apprendre à apprendre : le cousin du mind-maping > Sketchnote et le mind-maping ou carte mentale (voir cet article) en écrivant de préférence à la main dans le document pour la mémorisation) Faire un porte vue avec un mind-maping pour chaque leçon/matière.

Utiliser (si possible) des supports visuels et auditifs, enregistrer des textes. Faire des chansons détournées sur le cours, battre le tempo…

Méthodes de Antoine de la Galanderie, apprentissages kinésiologiques ou olfactifs… mémoire épisodique : la plus importante de l’humain car celle du vécu donc en lien avec l’affect, mémoire sémantique : ce que l’on sait car appris !

Sensibilité : faire relativiser trouver le côté positif  « tu as un problème avec 3 personnes dans la classe mais avec les 25 autres cela se passe plutôt bien »

Éducation positive : le cerveau n’est pas capable de prendre en compte le « ne pas » donc formuler vos phrases sans commencer par « tu n’as pas, tu ne peux pas… » Formuler de façon positive « faire cela ce n’est autorisé par contre tu peux faire ça » 

Féliciter, encourager : cela libère des endorphines et ocytocine (hormones du bien-être)

Différencier :

  • Estime de soi > valeur que je m’accorde
  • Confiance en soi  > Ce que je me sens capable de faire et que je vais faire  
  • Affirmation de soi > défendre ses valeurs en respectant les autres

La page facebook d’Hélène Ribiero


TROISIÈME PARTIE DE CONFÉRENCE :

Mme Bardin et Mme Ribiero ont répondu aux questions du public. Je n’ai pas pris de note durant cette intervention concernant des cas plus « personnels » (non pas que le contenu ne soit pas intéressant)

A NOTER : depuis le mois de mai 2016 > une nouvelle référente EIP au rectorat de l’académie.

Conseils de la présidente de l’ANPEIP :

  • Choisir son psychologue en fonction de son  expérience et pas de la proximité géographique.
  • Ne pas donner le compte rendu de WISC aux enseignants  qui ne sont pas habilités à les interpréter et surtout il appartient à votre enfant c’est un document confidentiel.

Enfin j’aimerais conclure la vidéo partagée par Hélène Ribeiro

Publicités

Une réflexion sur “Retour sur Conférence ANPEIP 15/10/16

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s